Le paradis, c’est ici (Bahamas partie 2)…

Classé dans : Bahamas, Caraïbes | 7

Le paradis c'est ici
Y a pas d'autres vies
J'te donne la mienne
Parce que je t'aime а
l'infini

(Une Chance qu'on s'a, Jean-Pierre Ferland)

 

Je me surprends à fredonner cette chanson régulièrement depuis que nous sommes aux Exumas. Ce n'est pas vraiment LE paradis… mais on a des petits bouts de paradis de temps en temps. Que ce soit des dauphins qui sautent autour du bateau, les enfants qui courent en riant sur la plage, une heure de voile en amoureux alors que les enfants s'occupent à l'intérieur, un coucher de soleil orangé, une étoile de mer, un yoga sur la plage… Nous travaillons fort chaque jour pour avoir ces petits moments et lorsqu'ils arrivent, nous apprenons à en profiter tout simplement 😉

Notre arrivée aux Exumas s’est faite le 10 janvier 2016, soit le jour des 2 ans de Micah. Tout le monde était très excité par le beau gâteau au chocolat que nous avions fait en navigation. Les enfants se demandaient bien s’il aurait un cadeau de fête car, selon eux, il n’y avait pas de place pour le cacher dans notre voilier. Ils nous sous-estiment un peu car nous avons acheté son cadeau en Floride avant Noël 😉 

Allens Cay

Le 11 janvier, nous avons à peine eu le temps de déjeuner que les enfants voulaient déjà aller voir les iguanes. Nous avons donc passé l’avant-midi à la plage, puis avons quitté Allens Cay pour l’ancrage d’Highbourne Cay. Nous avions déjà utilisé cet ancrage en 2010… il était rouleur et cela n’avait pas vraiment changé donc nous avons eu une très mauvaise nuit ! En étudiant la carte, nous avons remarqué des symboles mystérieux qui indiquaient les vagues causées par les marées (surge). Hé oui !! Il faut savoir lire une carte pour choisir un bon ancrage ! Maintenant, un élément de plus lors de la prise de décision quant à nos lieux d’ancrage : direction et force du vent, fond (sable, roche, etc.), la profondeur et les courants de marées. Comme la météo annonçait un front froid, nous avons fait ajouter notre voilier sur la liste d’attente pour les moorings de Warderick Wells.

P1140960 - Copy

Hawksbill Cay

Le 12 janvier, n’ayant pas encore de place à Warderick Wells, nous avons fait la route à voile vers Hawksbill Cay. Comme les distances sont plus courtes dans les Exumas, nous prenons l’habitude de naviguer après l’école des enfants. Je peux donc passer du temps à l’extérieure et participer plus activement aux manœuvres. Quel plaisir de retrouver nos voiles ! L’arrêt à Hawksbill Cay a été tout simplement extraordinaire ! La plage était magnifique et si proche du voilier. J’y suis allée en « paddle board » et les enfants à la nage. La plage était bordée de roches et de coraux, ce qui nous a permis, à Océane et moi, de faire de l’apnée ensemble pendant que les garçons s’amusaient dans le sable. Nous avons vu des poissons, des anémones, des étoiles de mer… quelle belle activité mère-fille !

Le lendemain, après l’école, nous avons décidé de nous rendre sur l’île afin de visiter les ruines d’un petit village comptant une dizaine de maisons datant de l’époque loyaliste (1783-1830). Nous avions lu qu’il y avait un chemin, mais que la nature prenait tranquillement le dessus. Sur le chemin, nous pouvions rencontrer un arbre très poison qu’il ne fallait toucher sous aucun prétexte et plusieurs cactus miniatures. Un troisième arbre, dont la feuille est sert d'antidote au poison, devait aussi se trouver sur l’île. L’auteur n’a pas jugé bon de mettre des photos de ces arbres afin d’en faciliter l’identification. Poison, antidote, on se serait cru dans Harry Potter !

Nous avons donc entrepris d’escalader le petit chemin menant aux ruines. Il était peu dégagé et nous disions à nos enfants de 2, 4 et 6 ans de ne toucher à rien… surtout pas aux arbres. C’était ridicule !! Je marchais devant… Mathieu était derrière avec Micah dans les bras. Évidemment, il y avait des fils d’araignées, mais je ne savais pas quel type de branches je pouvais toucher, alors je n’arrivais pas à les enlever. Nous avons monté quelques mètres, puis avons éclaté de rire ! Si la découverte d’un nouveau monde dépendait de nous 6, il faudrait nécessairement attendre une autre génération avant que cela se produise ! Mathieu a pris les devants afin d’affronter les méchantes araignées et nous avons trouvé la première maison. La vue sur la baie était magnifique. Nous avons pris quelques photos avant de décider que nous allions laisser aux autres le plaisir de découvrir les 9 autres maisons !! Quel courage 😉

En descendant, nous avons vu une pancarte sur l’arbre qui portait l’antidote. Elle devait surement être invisible la première fois que nous sommes passés ou nos prédateurs (les araignées) l’avaient mise à l’envers pour que nous ne puissions pas la voir. Bref, maintenant nous savons quel arbre peut nous sauver, mais nous ignorons toujours lequel peut nous tuer. Après tant d’émotions, nous sommes retournés sur Passion Rebelle et avons quitté à voile pour Warderick Wells, où un mooring nous attendait.

Hawksbil Cay, Exumas

P1140987 - Copy P1140982 - Copy
P1140985 - Copy P1140981 - Copy

Warderick Wells

Nous étions très contents d’avoir une place au mooring, puisqu’il s’agit d’un excellent endroit pour passer un front froid. Les moorings sont solides, il y a une protection presque de 360 degrés et plein de choses à faire dans l’eau et sur terre. Lors de notre visite de 2010, nous avions adoré cet endroit. Lorsque j’avais escaladé Boo Boo Hill avec mes parents, je m’étais promis de revenir un jour avec mon voilier et d’y laisser une marque, comme ceux qui sont passés avant nous. Nous avons donc trouvé un morceau de bois que nous avons décoré à l’effigie de Passion Rebelle. Nous avons signé nos noms. L’équipage du catamaran Hi5 a immortalisé ce moment en famille et nous avons entrepris la route vers le haut de la montagne. La route était très agréable. Nous marchions dans un petit sentier, sur des roches, sur le sable et même dans l’eau. Finalement, nous avons escaladé la petite montagne afin de nous rendre au sommet de Boo Boo Hill. Du sommet, nous pouvions voir l'océan d’un côté, puis les voiliers et le Bank de l’autre. C’était vraiment très joli. Nous avons déposé notre « Passion Rebelle» avec pancartes des autres bateaux. Il y en avait des centaines !

Après une petite collation bien méritée, nous avons marché vers les « blow holes ». Il s’agit de trous dans la roche qui se rendent jusqu’à l’eau qui passe sous la montagne. Lorsqu’une vague arrive, celle-ci pousse l’air vers le haut formant un courant d’air. C’est impressionnant de mettre sa main ou sa tête au-dessus afin de sentir toute la force de l’air qui remonte. Dans certains cas, il y a un jet d’eau qui peut sortir en même temps. C’était donc très amusant.

Nous avons passé 3 nuits ici, soit le temps nécessaire pour laisser passer le front. Nous avons rencontré plusieurs voiliers, dont Mike et Marjolaine de Basta que nous n’avions pas vus depuis St-Augustine et Hi5, un couple canadien qui voyage avec deux enfants. La plage était magnifique. Loïc a creusé un gros trous dans le sable pour s'y cacher… il en fait un peu partout depuis! Nous avons eu vraiment beaucoup de plaisir.

Warderick Wells, Exumas

P1150014 - Copy P1150008 - Copy P1150064
P1150030 - Copy P1150037 P1150035
P1150046 P1150043 P1150048
P1150023 - Copy P1150062 P1150063

Bell Island

Le 16 janvier, nous avons quitté le confort de notre mooring pour aller à Bell Island. Comme c'était la fin d'un front froid, nous sommes passés par le Bank puisque la mer était encore très agitée. La navigation sur le Bank est beaucoup plus facile car la vague est petite et elle se calme plus rapidement. Par contre, l’entrée à Bell Island par le Bank pour un voilier tirant 6 ½ pieds est assez difficile. Il s'agit d'une petite ouverture de 20 pieds de large entre un amoncellement de roches et un banc de sable. Nous savions que c’était possible de le faire car Basta l’avait fait à marée basse plus tôt dans la journée. Honnêtement, c’était extrêmement stressant. J’étais à l’avant et je faisais des signes à Mathieu pour le guider dans ce petit espace et je priais pour que ma lecture des couleurs de l’eau soit bonne. Sérieusement, à quoi on pense quand on fait nos routes ? Au prix de quelques gouttes de sueur, nous avons réussi, quel soulagement ! Nous sommes ensuite allés nous ancrer près de Basta qui était arrivé bien avant nous.

Bell Island est une île privée, donc nous ne pouvons pas y accéder. Autour, il y a plusieurs autres îles, dont O’Brien’s Cay et Cambridge Cay. Près de la première, se trouve un espace appelé l’aquarium. Il s’agit littéralement d’un endroit restreint où vivent des centaines de poissons et où il est possible d’aller faire de l’apnée afin de nager avec eux. Il est recommandé d’y aller entre deux marée afin qu’il n’y ait pas trop de courant… nous sommes allés à marée descendante. Deux personnes ont été emportées par le courant et ont dû être secourues alors je n’ai pas fait d'apnée à l’aquarium ;-(. La prochaine fois, nous irons entre deux marées tel que recommandé !

Sur la même île se trouve, à marée basse, une belle plage qui mène à des mangroves. C’est vraiment très joli et on peut y observer des êtres vivants dans une eau claire et peu profonde. Comme les maringouins sont aussi des êtres vivants, nous ne sommes pas restés très longtemps. Le temps de prendre quelques photos, de laisser les enfants se mettent les fesses à l'eau et hop dans le dinghy!

Quoi ?? Hé oui, déjà un front froid !! Nous avons décidé de rester à Bell Island puisque cet ancrage offre un fond de sable et une excellente protection contre le vent et les vagues (à l’exception des vents du SE). Nous avons eu droit à notre premier grain qui a duré environ une heure avec des vents atteignant 42 nœuds… L’ancre a très bien tenu. Petit coup d’adrénaline encore une fois. Comme si courir après mon chum qui est parti à la dérive à l'aquarium plus tôt dans la journée ne m’avait pas encore assez stressée. Disons que ce voyage est loin d’être une thérapie contre le stress… c’est plutôt une séance intensive de « stress management ». C’est surement pour ça que les marins qui ont des années d’expérience sont toujours si calmes. Visiblement, je ne suis pas rendue là !

Staniel Cay

Le 18 janvier, nous avons enfin quitté notre cachette pour nous rendre à Staniel Cay par la mer avec Mike et Marjolaine de Basta. Mathieu a pêché sans succès… Nous avons ancré à l’ouest de l’île de Big Major car le vent soufflait du nord est. Nous avions une bonne route à faire pour nous rendre à Staniel Cay où il y avait plusieurs petites épiceries. Nous étions vraiment heureux car les vivres commençaient à manquer sur le bateau. Notre frigo n’est pas très grand et nous n’avons pas de congélateur alors c’est vraiment difficile de gérer l’approvisionnement en viande, légumes et produits laitiers. C’était vraiment comique car Marjolaine faisait son épicerie le matin pendant l’école puis elle nous appelait sur la VHF pour nous dire ce qu’elle avait trouvé… Des bananes et de la saucisse hot dog à l’épicerie rose, de la dinde hachée et des pains hot dog à l’épicerie bleu, etc. Nous sommes tellement habitués à nos épiceries où il y a de tout tout le temps ! On ne peut pas concevoir qu’il n’y ait pas de lait ou de pain pendant 3 jours à l’épicerie ou que les céréales coûtent trop cher (15 CAD ou 10 USD pour une petite boîte). Ici, c’est comme ça. Le « mail boat » livre la nourriture aux épiceries et il passe une fois par semaine. S’il fait mauvais, il passera plus tard. S’il manque des choses entre temps, on s’en passe. Lorsque Marjolaine me parlait d’un produit pas cher, il fallait que j’y aille rapidement car sur la VHF, tout le monde écoute les conversations des autres! Pas besoin de téléromans… on a la VHF !

En plus de l’épicerie, nous avons marché dans le village et avons été voir les cochons sur la plage de Big Major, attraction importante pour les enfants. Nous avons aussi visité Thunderball Grotto, une grotte dans laquelle nous pouvons facilement entrer à marée basse. Elle habrite plusieurs centaines de poissons. C’est vraiment extraordinaire comme endroit. Les enfants y sont allés avec Mathieu. Ils étaient attachés à Mathieu par une corde au cas où il y aurait du courant. Le problème, c’est que Loïc a décidé que la grotte allait s’effondrer alors ils sont sortis aussi vite qu’ils étaient entrés. Il regarde un peu trop la télé 😉 Par la suite, j'y suis allée, c'était vraiment impressionnant. Mathieu est allé à la chasse à la langouste pour la première fois avec Mike et Marjolaine. Il a bien aimé son expérience, mais n’a rien trouvé !

Staniel Cay, Exumas

P1150172 P1150173 P1150165

Black Point

Le 20 janvier, nous avons pris la route en direction de Black Point. Cet endroit offre une super protection pour les vents du nord, de l’est et un peu du sud. Nous avons adoré ce petit village où habitent les locaux qui travaillent sur les îles touristiques des alentours. Les gens sont extrêmement sympathiques. Dans les rues, tout le monde nous salue. Selon moi, c’est la vraie vie des Bahamas. Par contre, un front froid important était annoncé, alors nous ne sommes restés qu’une journée. Nous avons quitté le 21 janvier pour Bell Island. Il y a peu d’ancrage pour les vents de l’ouest dans les Exumas et, ayant déjà vécu un front froid à cet endroit, nous savions que nous allions y être en sécurité! Parfois, vaut mieux reculer un peu pour mieux avancer plus tard !!

Black Point, Exumas 

P1150180 P1150179 P1150183
P1150189 P1150190 P1150195
P1150193 P1150334 P1150328

 

Bell Island

Nous sommes arrivés à Bell Island le 21 janvier par le Bank et non par la mer. Nous devions faire une courte sortie en mer afin d’éviter de passer par l’entrée miniature décrite précédemment, mais Basta était passé par là quelques heures plus tôt et on nous le déconseillait en raison d’une mer assez très agitée. Nous avons donc eu le plaisir de faire cette entrée pour la deuxième fois en une semaine… Par contre, cette fois, nous avions un fort vent du NE et nous étions à marée basse. Pourquoi pas ? Nous, on cherche les défis 😉 Honnêtement, une chance que nous avions toujours la trace de notre passage précédent sur le GPS car c’était impossible de bien voir le fond avec la vague et le vent !

Pour ce front froid, nous étions plusieurs voiliers dans l’ancrage, dont Marichan que nous retrouvions pour la première fois depuis la Floride. Ce fut vraiment de belles retrouvailles ! Nous avons aussi eu la chance de rencontrer trois nouveaux équipages lors d’une petite fête organisée à l’occasion de l’anniversaire de Sébastien sur le catamaran One Life. Ce fut une petite soirée bien agréable en compagnie de Marichan, Basta, One Life, Passeport III et Franc Nord. Ces rencontres sont toujours riches en échanges. Nous discutons des endroits que nous avons aimés et moins aimés, nous nous donnons des trucs, des recettes, nous échangeons des livres, etc. Le lendemain, j’ai eu la chance d’avoir un cours de la part de Marie de Passeport III sur l’art de faire du yogourt. Elle m’a aussi expliqué comment faire son pain multigrain en une heure seulement et à faire pousser de la luzerne. C’était vraiment super intéressant !! 

Nous avons profité du front froid pour faire un peu d’apnée et aller marcher sur Cambridge Cay. Nous avons trouvé un « Rocher Percé ». Le paysage était magnifique et nous étions en bonne compagnie.

Bell Island, Exumas (2ème visite)

P1150266 P1150314 P1150288
P1150267 P1150264 P1150260
P1150299 P1150283 P1150279
P1150225 P1150240 P1150243
P1150241 P1150246
P1150318 P1150315

 

Black Point

Le 25 janvier, nous avons repris la route. Le front froid était terminé et nous avions vraiment hâte de revenir à Black Point. On ne se rend pas compte à quel point les communications sont faciles lorsqu’on est à la maison. Ici, nous sommes souvent des jours sans nouvelles de nos proches, sans nouvelles tout court. Nous n’avons plus de téléphone depuis que nous avons quitté Miami et nous utilisons les réseaux Internet gratuits disponibles, donc nous avons rarement Internet ! La plupart des gens vont dans les cafés et restos lorsqu’il y en a, mais pour nous, ce n’est pas très pratique avec les enfants alors nous les utilisons en cas d’urgence seulement. Nous avons bien des moyens de communication à bord. Nous avons une radio VHF qui nous permet de communiquer avec les bateaux qui sont dans un rayon de 25 miles environ. C’est ce que nous utilisons pour contacter les marinas et les autres bateaux. Nous utilisons aussi une radio HF qui nous permet de récupérer les fichiers météo en tout temps et de communiquer avec les voiliers qui ont ce genre d’équipement. C’est vraiment très pratique, mais il faut se donner rendez-vous à une heure et un canal précis. Ce n’est donc pas comme un téléphone, d’autant plus que les conversations sont publiques ! À l’aide de la HF, nous communiquons régulièrement avec le Québec via le Réseau du Capitaine (7-8h chaque matin) et le Réseau du Marin (16-17h chaque soir).

À Black Point, nous avons un accès à Internet gratuit du bateau. Quel luxe! Nous arrivons même à appeler nos parents, vraiment rafraichissant pour toute la famille.

Par un bel après-midi ensoleillé, je suis allée faire une petite promenade toute seule dans le village. Lorsque je suis passée devant l'école, une petite fille de 6 ans est venue me voir. Elle ne voulait plus me lâcher! Elle me tenait le bras et n’arrêtait pas de me sourire. En discutant avec elle, j’ai su où était la bibliothèque du village et elle m’a amené voir sa grand-mère qui est professeure à l’école primaire du village. Nous avons discuté ensemble. Elle m’a raconté que la petite vivait avec elle à Black Point car son père ne pouvait plus s’en occuper. Elle enseigne à Black Point depuis quelques années, mais elle vient d'une autre île. Elle m'a raconté que les enfants étudient à Black Point jusqu’à l'âge de 13 ans, puis sont envoyés à Nassau pour continuer leurs études. Ils reviennent chez eux par bateau lors des longues vacances car le transport est trop cher pour qu’ils reviennent chaque fin de semaine. Je n’imagine tellement pas voir mes enfants partir si longtemps à 13 ans seulement ! La dame m’a invité à revenir les voir avec les enfants, ce que nous avons fait le lendemain. Nous avons donc passé une heure dans la classe de la petite. Il s’agissait d’un cours d’informatique. Ils ont fait un examen devant nous. Thomas, Loïc et Océane ont trouvé cela un peu long. Évidemment, le cours était en anglais. Je traduisais le plus possible. Disons que c’était très différent de l’école Passion Rebelle, mais ça m’a donné de nouvelles idées ! La petite était vraiment contente de me voir dans sa classe… elle nous souriait tout le temps ! Je crois qu’elle serait bien partie avec nous… pour quelques jours du moins.

La dernière journée, nous avons fait la route vers une caverne située près d’Oven Rock. Cet endroit nous avait été recommandé par Sébastien de One Life. C’était trop loin pour se rendre en dinghy alors nous y sommes allés en voilier. Nous avons ancré devant Oven Rock et avons marché la plage de galet et le petit chemin pour nous rendre à la caverne. Les enfants étaient vraiment impressionnés et nous aussi. Après environ 20 minutes de marche et un peu de recherches, nous avons trouvé l’entrée. C’était énorme ! Il y avait des stalactites, des stalagmites et un lac à l’intérieur. Nous avons rencontré plusieurs personnes qui s’y sont baignées, mais nous avons résisté à la tentation ! Il faisait noir et il y avait des chauves-souris ! Petit cours de sciences naturelles pour les enfants, ce fut une activité très agréable et tellement différente de ce nous avons l'habitude de faire .

À notre retour, les enfants étaient un peu déçus car ils ne s’étaient pas baignés depuis plusieurs jours. Nous avons donc décidé d’acheter une île à Black Point. Ils étaient super énervés… Une île juste pour nous ?? Oui, oui, jusqu’à ce que la marée monte ! Nous avons vu plusieurs étoiles de mer et avons même réussi à perdre notre dinghy. Apparemment, la marée était en train de monter. Mathieu a dû nager pour aller le chercher. Nous avons bien ri.

  

Black Point, Exumas (2ème visite)

P1150322 P1150323 P1150355
P1150359 P1150352 P1150371
P1150324 P1150362 P1150348

Grotte, Oven Rock, Great Guana Cay

P1150403

P1150396 P115043 P1150409
P1150405 P1150416 P1150434

Little Farmer & Rudder Cut

Depuis le début du voyage, nous espérions rencontrer nos bons amis de Mélaudine. Nous naviguions avec eux sur le Lac Champlain depuis 2007 et ce sont eux qui nous ont aidés à larguer les amarres en août dernier. Depuis le début du voyage, nos itinéraires étaient assez différents et la météo bien peu coopérative. Nous étions constamment en communication mais c’est seulement le 28 janvier à Little Farmer que nous avons enfin eu le bonheur de nous rencontrer. Les enfants étaient aussi énervés que nous. Comme d’habitude, nous parlions tous en même temps. Nous avions 5 mois de voyage à nous raconter. Nous avons passé trois jours intenses ensemble à jaser, marcher à Little Farmer, visiter une grotte et faire de l’apnée. Mathieu a même réussi à attraper sa première langouste avec eux. Nous étions tous  très heureux… mais bien triste lorsque nous avons dû nous séparer à nouveau. Maintenant, ils continuent leur route vers le nord alors que nous nous dirigeons vers le sud…

Lors de nos sorties en apnée, nous avons été voir « The Musician ». Il s’agit d’une sculpture qui a été mise dans l’eau en 2011 par un artiste nommé Jason deCaires Taylor à la demande de David Copperfield. Ce dernier est propriétaire d’une île des environs et souhaitais stimuler le tourisme des Bahamas. La sculpture est faite de matériaux résistants à l’eau salée et elle représente une sirène jouant du piano. La sculpture a été pensée de façon à ce que la faune marine s’y installe. Thomas, Loïc et Océane sont allés la voir avec leurs lunettes de plongée. C’était vraiment le fun à voir.

Dans le même coin, à marée basse,  il y a une plage dans une grotte. Nous avons passé beaucoup de temps à cet endroit avec les enfants car toutes les îles des alentours sont privées. Nous ne pouvions donc pas aller à la plage ! Dans cette grotte, ils ont trouvé de petites stalactites, des conche, des coquillages, etc. Ce fut vraiment des journées mémorables !

Little Farmer & Rudder Cut Cay

P1150444 P1150440 P1150455
P1150464 P1150466 P1150511
P1150474 P1150493 P1150531
P1150492 P1150491 P1150495
P1150461 P1150538 P1150454

 

Lee Stocking

Le 31 janvier, nous avons quitté Rudder Cut afin de nous rendre à Georgetown. Nous étions bien tristes de quitter Diane et Daniel. Nous avions environ 35 miles à faire, mais nous avions le vent de face. Nous étions au près et nous devions tacker régulièrement pour nous permettre d’avancer. C’était vraiment de la très belle voile!. Nous en avons profité quelques heures, mais nous progressions peu, alors nous avons décidé de nous arrêter à Lee Stocking pour la nuit et de faire les 25 miles restants le lendemain. L’entrée dans l’ancrage n’a pas été facile. Il y avait très peu d’eau et nos deux cartes semblaient se contredire pour certains endroits. Nous avons donc pris notre temps.

Une fois arrivée, nous avons réalisé que nous connaissions plusieurs bateaux dans l’ancrage. Hi5 nous a dit que nous ne pouvions pas manquer le paysage du côté de la mer. Comme nous devions quitter le lendemain matin, nous avons décidé d’aller marcher un peu afin de voir de nos propres yeux ce dont ils parlaient. Arrivés à la plage, nous avons marché quelques centaines de mètres avant de nous retrouver sur des rochers tout blancs. C’était tout simplement époustouflant !!! Nous avons adoré, les enfants aussi. J'ai pris des dizaines de photos… Avouez que vous êtes surpris 😉

Le lendemain matin, nous avons quitté Lee Stocking pour nous rendre à Georgetown, environ 25 miles plus au sud. Nous étions à moteur car il y avait peu de vent et nous l’avions toujours dans le visage. Nous serions bien restés à Lee Stocking une journée de plus, mais nous manquions de nourriture. Disons que nous avions vraiment étiré nos vivres le plus possible et ce, même en fabriquant notre pain et en faisant pousser notre luzerne qui était excellente d'ailleurs!!! Ce dernier petit bout de route vers Georgetown est une sortie en mer obligée puisqu’il n’y a pas de passage par le Bank. La sortie de l’ancrage à marée basse s'est relativement bien passée… et la route aussi! Arrivés à Georgetown, il y avait beaucoup de bateau que nous connaissions et que nous avions vraiment envie de retrouver ! C’est vraiment impressionnant de voir combien de québécois se rendent jusqu’ici chaque année, en plus des ontariens, des américains et autres ! À notre arrivée, il y avait environ 200 dans le Harbour ! Des expériences toutes nouvelles nous attendaient 😉

Lee Stocking Island, Exumas 

P1150618

P1150599 P1150581 P1150582
P1150588 P1150572 P1150569
P1150596 P1150591 P1150595
P1150614 P1150598 P1150577

Autres tâches connexes!

P1150517 P1150565 P1150375
P1150516 P1150378 P1150380

  

 

7 Responses

  1. Annie Brousseau

    Belles photos! Je vois qu’Océane a perdu une dent, est-ce que la fée des dents se rend dans les voiliers? Est-ce qu’elle paie en devise locale? hihi 🙂

  2. CELINE TURGEON

    MERCI SABRINA DE NOUS FAIRE VOYAGER GRATUITEMENT,C,EST TRÈS TRÈS BEAU J,EN REVIENS PAS.

  3. therese guay guillemette

    merci de me faire

    merci de me faire ces endroits majestueux ces fond marins riches en poissons et algues bonne continuité des bonjours à tous

  4. Nicole Guillemette

    Bonjour Sabrina et toute ta famille,
    Très plaisant d’avoir de vos nouvelles et constater que vous êtes bien en forme
    et « relaxes »… Les enfants ont bien grandi et même… je me demande si la fée des dents passe entre les iles?
    Bonne continuité de voyages et nous vous saluons bien cordialement Denis et moi (pour vous rafraîchir nous avons
    skié, Denis est meilleur que moi maintenant! moi, je joue du violon mais pas encore virtuose!!! A+ XXXXXX

    • Sabrina Turgeon

      Merci beaucoup pour le beau message!! Cela nous fait vraiment plaisir. À bientôt!

  5. Denise et Guy

    C est toujours un plaisir pour nous de vous voir et voir nos petits cocos et cocotte en photos et de lire cette belle narration de voyage …..
    Bonne continuite …
    Nous vous aimons beaucoup
    Denise et Guy xxxxxxxxxxxx…..

  6. Sabrina Turgeon

    Hoé les matelots !!!
    Quel bagage d’expérience les enfants vont avoir. C’est vraiment extraordinaire que vous puissiez vivre cette aventure tous ensembles. Quand on regarde les photos, on ne voit pas personne de malheureux sur ce voyage.
    Que de souvenirs vous aurez et vous pourrez tous en jaser encore pendant des années.
    C’est fabuleux…
    Bonne route à tous !!!

Laissez un commentaire