Majestueuse République Dominicaine

Comme pour les Turks & Caicos, la République Dominicaine ne faisait pas vraiment partie du plan original. En fait, nous devions partir des Bahamas et nous rendre directement à Porto Rico. L’idée était d’attendre un front froid qui nous amènerait un vent du sud, puis de l’ouest afin de nous rendre le plus à l’est possible et finalement, utiliser les vents dominants de l’est afin de descendre vers le sud. C’est une excellente stratégie, mais cet hiver, les fronts froids étaient trop forts ou trop courts. Dans les deux cas, nous ne pouvions pas réaliser notre stratégie… alors nous l’avons changé un peu. Nous avons décidé de nous rendre aux Turks & Caicos afin d’attendre une fenêtre nous permettant de nous rendre à San Juan sur la côte nord de Porto Rico. Encore là, la stratégie n’a pas porté fruits. Les vents ne veulent souffler que de l'est… prévisions pour les trois prochaines semaines, encore de l’est. Conclusion… allons en République Dominicaine et faisons le Mona Passage que Sabrina ne voulait absolument pas faire !! Donc nous voilà, en route pour Samanà en République Dominicaine. Il s’agit de notre plus longue sortie en mer en famille. Plus de 250 miles nautiques que nous ferons sur 48 heures.

Contrairement à la navigation entre Georgetown et Mayaguana, cette traversée a été absolument extraordinaire ! Nous avions un beau vent constant. Le bateau gitait de 10-15 degrés et nous filions au près. C’était vraiment génial. Nous avons passé deux nuits en mer. Ce sont les moments que je préfère. Nous étions éclairés par un magnifique quart de lune, donc je pouvais voir assez bien devant le bateau. Parfois, nous devions rentrer les voiles car nous avions le vent directement de face, puis il bougeait et nous sortions les voiles à nouveau. Quel plaisir de filer, sans bruit autre que celui des vagues et du vent dans les voiles. La nuit, Mathieu et moi faisons des quarts. Dans mon premier quart, je dois coucher les enfants car Mathieu se couche à 19h avec Micah. Ensuite, je suis libre de faire ce qu’il me chante. Parfois, je lis, j’écoute de la musique ou j’écris un article. À chaque 15 minutes environ, je dois jeter un coup d’œil autour de nous, à notre route sur l’ordinateur en bas et à Nautilee puisque Lee est seule à bord et elle fait des petites siestes de 40 minutes. Pour moi, ce sont des moments magiques puisque je peux méditer, relaxer, regarder les étoiles… À minuit, Mathieu prend la relève jusqu'à 5h, puis je termine la nuit entre 7h et 8h dépendant des conditions et de la coopération des enfants. Le lendemain, nous sommes exténués, mais je crois que le jeu en vaut la chandelle. Ce qui me fait aussi plaisir, c’est de voir que tout le monde est de moins en moins malade. Nous aurions eu la note parfaite pour cette traversée si Océane m’avait dit à temps qu’elle avait un peu mal au cœur… mais elle était trop occupée à regarder un film ;-(

En route vers la République Dominicaine!

P1160461 P1160468 P1160501
P1160485 P1160493 P1160491
P1160481 P1160488  

À notre arrivée à Samanà, nous avons été accueillis par un magnifique levé de soleil, suivi par la visite des baleines à bosses qui viennent du Québec et de partout ailleurs à chaque année pour frayer dans la région de Samanà. C’est d’ailleurs l’attraction touristique principale de cette belle péninsule. C’était vraiment beau de les voir !! Un petit peu de chez nous dans cette chaleur accablante 😉 Ensuite, nous avons fait notre entrée dans le chemin balisé de bouées qui mène au port de Samanà avec, à nos trousses, un gros bateau de croisière. C’était quelque peu intimidant, d’autant plus qu’il nous a dépassé et a tourné devant nous en nous faisant entendre son klaxon. Les enfants étaient assis dehors afin de regarder tout ce spectacle et, bien sûr, de saluer les baleines ainsi que les croisiéristes ! 

Arrivée à Samanà

P1160522 P1160507 P1160515
P1160529 P1160534 P1160546

Notre marina était un peu plus loin alors nous avons regardé le bateau de croisière jeter l'ancre et nous avons continué notre route. Nous n’avions pas encore mis pied à terre que nous étions déjà séduits. Des palmiers, des montagnes, des maisons à flanc de montagne… tout simplement majestueux ! Notre marina, un hôtel 5 étoiles avec deux piscines et tous les services… pour tellement pas cher ! Wow, nous nous promettions des après-midi à flâner à la piscine !!

Ne nous énervons pas, il faut tout de même prendre le temps d’aller mettre du diésel et d’effectuer les formalités de douanes et d'immigration. La réputation du pays à ce sujet n’étant pas très bonne, nous nous attendions au pire. Finalement, des gens très sympathiques sont venus sur notre bateau. Ils y ont jeté un coup d’œil rapide… C’était tellement à l’envers après 2 jours de traversée ! Ensuite, nous sommes allés rencontrer la dame de l’immigration qui a étampé nos passeports. Finalement, Mathieu est allé nous enregistrer à la marina pendant que je faisais diner les enfants. À 13h30… nous étions dans la piscine. Et quelle piscine ! Nous avions l’impression que l’eau tombait directement dans la mer. L’endroit était excessivement propre, chic et fleuri. Nous étions ravis ! Cette impression, nous l‘aurons tout au long de notre séjour. Dans les rues, à la plage, dans le village, tout est propre. C’est tellement contrastant avec ce que nous avons vu aux Bahamas, à Bimini et Nassau tout particulièrement. On voit que les gens sont fiers de leur environnement et j’ai eu un plaisir fou à essayer de parler en espagnol avec eux.

Marina Puerto Bahia de Samanà

P1160559 P1160570 P1160569
P1160566 P1160587 P1160574
P1160709 P1160564 P1160740

Nous nous sommes couchés très tôt le premier soir car nous étions exténués après cette longue route. Nous avons tellement bien dormi que le lendemain matin, nous étions déjà prêts pour la découverte. La veille, nous avions rencontré Alexandre, un homme qui voyage sur son voilier tout comme nous. Il était à Samanà depuis près d’un mois et il nous a conseillé d’aller à Las Terrenas pour faire les provisions et pour aller marcher. Nous avons donc loué une voiture, et à 10h30, nous étions en route vers Las Terrenas. Disons que les standards routiers ne sont pas les mêmes que chez nous… 3 personnes sur un scooter, 7-8 personnes dans un pick up… alors nous aussi nous avons participé !! Pourquoi ne pas voyager à 7 dans une petite Jetta ! Nous étions un peu à l’étroit et les enfants n’ont pas manqué de se plaindre à chaque occasion !

La route était très sinueuse et nous devions gravir des montagnes. Nous dépassions tantôt des scooters, tantôt des ânes ou des chevaux. C’est une région assez pauvre. Les gens sont souriants, très propres et respectueux. À un moment, nous passions tout près d’un endroit touristique et un scooter nous a pris en chasse. Il voulait que nous allions voir les chutes à cheval. Nous lui disions que nous ne voulions pas y aller. Il a essayé de nous convaincre à 2-3 reprises, puis il nous a dit merci et nous a souhaité une belle journée. À partir de ce moment, nous étions convaincus que nous avions vraiment l’air de touristes !! 😉 Honnêtement, je ne m’attendais pas vraiment à ce qu’on nous court après même lorsque nous sommes en voiture ! Nous avons finalement réussi à nous rendre à Las Terrenas où nous avons marché un peu avant de diner au restaurant et de finalement aller à l’épicerie pour l’avitaillement.  Nous avons rempli 2 paniers à ras bord… en plus des achats de Lee. Oui, oui, nous sommes toujours en Jetta !! Des sacs, il y en avait partout : dans le coffre, sous nos pieds, derrière nos têtes ! Nous pouvions à peine respirer. Nous avons donc entrepris de faire le chemin inverse pour rentrer à la marina. C’était toujours aussi beau ! Il était tard et nous devions rentrer avant la nuit alors Mathieu devait conduire un peu vite. Les routes sont peu ou pas éclairées et il est dangereux de conduire à la noirceur. Il y a de grosses courbes et des chiens dans les rues, quand ce ne sont pas des poules ou des cochons. Évidemment, les enfants n’étaient pas contents car il y avait encore moins de place dans l’auto. Moi, j’étais aux oiseaux. Il faisait beau, le décor était à couper le souffle et j’avais enfin l’impression de voyager ! Quelle magnifique journée que nous avons couronnée avec un appel à ma petite maman d’amour qui fêtait son anniversaire. Ce soit là, nous avons placé l’épicerie dans le bateau jusqu’à minuit. Pourquoi si tard ? Parce que nous en avions beaucoup et que nous lavons tous les contenants à l’eau de javel afin de nous assurer que nous n’entrons pas des œufs de bibittes dans notre bateau. Nous nous débarrassons du papier et du carton et nous lavons le reste. Par exemple, nous enlevons les étiquettes des cannes, les lavons à l’eau de javel et inscrivons le contenu sur la boite. Ensuite, nous devons ranger chaque chose dans un compartiment du bateau. C’est long, mais cela nous permet de retrouver nos choses plus facilement par la suite. Nous nous sommes couchés tard, mais nous étions très heureux d’avoir passé une magnifique journée, en plus de compléter l’avitaillement du bateau ! Wow, on est efficace des fois !

Las Terrenas

P1160615 P1160633 P1160635
P1160627 P1160608 P1160629
P1160631 P1160623 P1160601
P1160602 P1160606 P1160604

Le lendemain matin, nous devions utiliser les quelques heures restantes de la location de voiture pour aller mettre du propane. Comme la veille nous étions allés à Las Terrenas, nous avons décidé de quitter tôt afin d’aller faire un petit tour au port de Samanà. C’était vraiment agréable de voir le marché du samedi matin, les enfants dans les rues… et les scooters qui nous couraient encore après, cette fois pour les croisières aux baleines. On a définitivement l’air touriste !! 😉 En fait, la péninsule de Samanà a été peuplée par des anciens esclaves noirs provenant des États-Unis, contrairement au reste de la République. Conclusion, on est blancs… donc touriste ! Nous avons marché un peu dans la ville et avons visité l’épicerie locale qui est correcte, mais un peu moins garnie que celle de Las Terrenas. Dison que cette dernière répond un peu plus à nos standards nord-américains. Nous avons acheté quelques trucs oubliés la veille et sommes repartis pour aller remplir nos bombonnes de propane. Au premier endroit, ils n’avaient pas les bons adaptateurs pour nos bombonnes alors nous avons dû aller ailleurs. Le temps commençait sérieusement à manquer.  Finalement, nous avons trouvé. C’était comique puisque chaque fois que Mathieu voulait faire quelque chose, il devait me demander de l’aider car les gens de cette région parlent seulement espagnol. Même à l’hôtel, il est difficile de trouver quelqu’un qui parle anglais. C’est une région très peu touristique. En fait, les gens y viennent pour voir les baleines de mi-janvier à mi-mars. Pour moi, cela ajoute au charme de l’endroit. Nous avons finalement réussi à nous faire comprendre et à remplir les deux bombonnes pour environ 8$ US. Wow !! Ce n’est pas cher !

Samanà, République Dominicaine

P1160680 P1160697 P1160650
P1160676 P1160652 P1160651
P1160657 P1160670 P1160673
P1160695 P1160701 P1160662
P1160660 P1160665 P1160674

Nous avons retourné la voiture à temps et avons passé l’après-midi à la piscine à regarder la régate de voilier qui s’y déroulait. Les enfants avaient tellement de plaisir qu’ils ne se rendaient pas compte qu’il y avait des voiliers partout. À la fin de l’après-midi, Loïc m’a demandé si on irait voir la course… oups !! Manqué mon garçon ! Mathieu a d’ailleurs tout manqué car il a dû réparer des trucs sur le bateau tout l’après-midi pendant que Micah faisait la sieste. De mon côté, j'ai profité de se moment pour me faire dorer au soleil avec Lee en surveillant les enfants.

Régate 2016, Marina Puerto Bahia de Samanà

P1160722 P1160726 P1160725
P1160727 P1160707 P1160736

En plus d'Alexandre, nous avons rencontré à la marina les équipages de deux voiliers québécois et un voilier ontarien. Les deux premiers, Panache et Nénu-Farr, reviennent vers le Québec après plusieurs années de navigation dans les caraïbes. Ils ont été très généreux avec nous. Nous aurions tellement aimé passer plus de temps avec eux mais l’horaire était chargé autant pour eux que pour nous. Nous avons aussi rencontré Morhame, qui se dirige vers les Grenades comme nous. Nous aurons l’occasion de discuter avec eux de notre route et nous allons essayer de nous revoir à Porto Rico. Peut-être traverserons nous le Mona Passage ensemble, qui sait ?

Finalement, notre dernière journée dans ce beau pays en a été une de préparatifs pour la grande traversée du lendemain. Dessaler et laver le bateau, faire la route détaillée avec les heures et la météo, faire le lavage, préparer de la nourriture… essayer de mettre mes photos sur le site Internet, etc. Nous avons aussi passé un peu de temps à la piscine avec les enfants afin de leur faire faire un peu d’exercice. Je ne me plains pas du tout, mais honnêtement, il fait CHAUD !!!! À partir de 8ham, il fait CHAUD !!Il faut donc se rafraîchir d’une façon ou d’une autre. La veille du départ, nous étions un peu fébriles, pour ne pas dire inquiets. Le Mona Passage, c’est vraiment une étape importante du voyage. Finalement, nous serons trois bateaux pour cette étape, soit Nautilee, Morhame et nous.

C’est lundi le 21 mars, le jour de mon anniversaire, que nous avons quitté pour Porto Rico, un peu tristes et inquiets devant cette traversée d’un des endroits les plus creux au monde (Puerto Rico Trench 25 000 pieds). Avant de quitter, nous avons pris bien soin de profiter encore de la superbe piscine… Nous reviendrons en République Dominicaine car nous avons découvert des gens, une culture et des paysages authentiques et sublimes…

Dernière baignade avant le grand départ

P1160762

P1160754 - Copy P1160756 P1160752 - Copy

 

8 Responses

  1. CELINE TURGEON

    SABRINA J,AIME TELLEMENT TE LIRE ,C,EST TRÈS INTERESSANT COMME TOUJOURS. Bon voyage avec toute ta petite famille.

    • Sabrina Turgeon

      Merci beaucoup, c’est très gentil! Un beau bonjour à toute la famille!!

  2. Alain et Céline Couture

    Quelle belle expérience vous faite vous et vos enfants et les souvenirs impérissables que vous garderez des bons
    moments ,des paysages,et gens rencontrés durant ce long parcours . Bonne continuation , que de connaissance
    et formation pour les enfants .Hâte de vous relire.

  3. Denise Guy

    Chère Sabrina !
    Je viens de voir et lire ton plus récent récit,encore magnifique , je me répète :belles photos de vous et nos ti cocos et cocotte et beaux paysages ….
    Nous aimons vous suivre par tes textes ,photos et plus …..
    Ainsi vous êtes plus prêts de nous…
    Nous vous aimons beaucoup,
    Au plaisir ….Félicitations
    Salutations à vous tous….
    Denise , Guy se joint à moi xxxxxxxxxxxx….

  4. Denise Guy

    Oups
    Vous êtes plus près de nous par vos exposés et vos photos récentes …..
    Gros bisous
    Denise Guy XXXXXX

  5. Annie Brousseau

    wow, belles photos! Moi aussi toujours contente de vous lire! Bonne poursuite de voyage, j’ai hâte de lire le prochain texte! bisous xxx

  6. Daniel Guillemette

    Que de Belles avantures!
    En effet les Dominicains sont gentils.
    Quoique parfois achalants pour nous vendre.

  7. Merci pour tous ces beaux récits que vous mettez en ligne! Nous prenons à chaque fois une belle pause de notre quotidien pour vivre un peu votre aventure. Au plaisir de peut-être se croiser un jour!

Laissez un commentaire