Une belle semaine en Martinique…

Classé dans : Caraïbes, Martinique | 7

Martinique et Fort-de-France, des noms qui évoquent la chaleur et le soleil mais aussi une nature luxuriante ainsi qu'une culture unique. Le 3 juin 2016, nous avons quitté Les Saintes en Guadeloupe en compagnie de Sea Escapade afin de nous rendre un peu plus au sud, en Martinique.

Lors de notre navigation vers la Martinique, nous avons fait une escale en Dominique afin d’avitailler en propane. Déjà en Guadeloupe, notre première bombonne était vide et la deuxième n’allait pas tarder à nous réserver la même surprise. Comme le barbecue, le poêle et le four dépendent à 100% du propane, nous devions agir avant de devoir manger des sandwiches au thon trois fois par jour. Les îles françaises, la Guadeloupe et la Martinique, ne nous permettent pas de remplir avec nos adaptateurs américains. Il fallait donc chercher ailleurs, en Dominique par exemple! Initialement, nous n’avions pas prévu visiter ce pays pour deux raisons, tout d’abord, nous souhaitions rejoindre Lee avant qu’elle ne quitte la Grenade. De plus, nous ne sommes pas très à l’aise avec la culture du pays. En Dominique, les gens viennent nous voir au bateau pour nous vendre mille et un trucs, ou simplement pour avoir de l’argent. Je sais qu'il ne faut pas se cacher la tête dans le sable, mais côtoyer la pauvreté, nous trouvons ça vraiment difficile, surtout lorsque nous sommes sollicités constamment. À notre arrivée… en fait, je devrais dire avant notre arrivée, un bateau nous attendait afin de nous accueillir et, évidemment, de nous offrir ses services. Il s’agit des gens de l’association PAYS qui a comme fonction « d’organiser » tout ce qui se passe dans la baie où nous allions ancrer. Ils contrôlent les vendeurs, l’offre de services, les tours guidés, l’avitaillement en propane mais surtout, ils assurent notre sécurité dans la baie afin que nous puissions dormir sur nos deux oreilles. D’ailleurs, il n’y a que cette baie qui soit vraiment protégée et sécuritaire en Dominique. Donc, quelques miles avant d'arriver, un homme de l'association PAYS est venu nous voir afin de nous offrir ses services. Nous savions qu'il était fiable puisqu'il faisait partie de la liste des gens recommandés dans notre guide nautique. C’est à lui que nous avons confié la tâche de faire remplir notre bombonne de propane. Pour ce faire, nous devons lui laisser la bombonne qu’il met sur un autobus public qui va les faire remplir 30 miles plus loin, soit dans la capitale du pays. La capitale est située à l'autre bout de l'île, mais l'ancrage n'y est pas sécuritaire alors nous préférions payer plus cher et utiliser les services de PAYS. La bombonne revient le lendemain seulement… toujours par autobus. Honnêtement, je ne le ferais même pas chez nous de peur de me faire voler la bombonne en aluminium… Mais là, on n’avait pas vraiment le choix alors on lui a fait confiance. J’étais donc très, très, très heureuse de retrouver ma bombonne de propane le lendemain après-midi…

En attendant la super bombonne, nous avons été au village avec nos amis de Sea Escapade. Je peux confirmer, c’est vraiment pauvre! Depuis le début du voyage, plusieurs îles n'étaient pas très fortunées, mais pas comme la Dominique, du moins le village que nous avons visité. Nous sommes allé au marché des fruits et légumes. Les gens nous semblaient suffisamment pauvres pour que nous décidions de séparer nos achats de fruits et légumes entre plusieurs vendeuses afin de répartir les sous entre différentes familles. Suffisamment pauvres pour que j'achète des trucs dont je n'avais pas besoin afin de les encourager. Dans les guides, il est écrit qu'il ne faut pas donner des sous pour rien aux gens, surtout aux enfants puisque ceux-ci arrivent à gagner plus que leurs parents et quittent les bancs de l'école. C'est très dommageable à long terme pour l'avenir des ces enfants et du pays. Nous avons parlé à une dame qui venait d’Haïti. Mathieu lui a demandé si elle aimait vivre en Dominique et sa réponse a été catégorique « NON ». Je ne m’étais jamais senties comme ça. Pourtant, en République Dominicaine, les gens n’étaient pas riches mais ils dégageaient de la fierté et du bonheur, ce qui n’était pas le cas dans ce petit village. Les gens semblaient résignés. Nous connaissons plusieurs personnes qui ont adoré ce pays. Les paysages sont à couper le souffle et c’est l’île la plus « naturelle » des caraïbes. Nous ne lui avons pas vraiment donné la chance de nous séduire puisque nous n'avons fait aucune excursion. 

J’étais donc très heureuse de quitter la Dominique pour me rendre en Martinique. De plus, j’étais aussi heureuse de ne pas arrêter à Ste-Lucie et St-Vincent sur le chemin de la Grenade car on nous dit que les vendeurs y sont plus nombreux et plus agressifs… Nous ferons ces îles à l’automne! C'est donc le 5 juin, après deux dodos en Dominique, nous avons quitté pour St-Pierre, Martinique. Nous avons quitté seuls car Sea Escapade souhaitait faire quelques excursions en Dominique avant de quitter. Ils nous rejoindront donc plus tard, en Martinique. En route vers St-Pierre, nous avons lu sur l’ancrage de qui nous semblait très rouleur et difficile car il y a beaucoup de bateaux échoués. Nous en avons discuté avec Nicole du Réseau du capitaine qui nous a suggéré d'autres alternatives plus intéressantes. Nous avons donc préféré continuer notre route et aller à Anse-Mitan, soit un peu après Fort-de-France. Nous avons fait une super journée de navigation avec un vent de l'est de 15-20 kt. Personne n’a été malade! Hié! J’étais tellement contente. D’ailleurs, tout s’était aussi bien passé entre la Guadeloupe et la Dominique, une navigation de seulement 22 miles. Je commençais à me demander si nous allions y arriver. C’est certain que le mal de mer est un sérieux handicap à la navigation avec nos petits cocos. Malade un jour ou deux ça va, mais imaginez une semaine ou un mois. Il y aurait risque de déshydratation sévère. Ce ne serait tout simplement pas viable. Nous faisons donc des tests afin de trouver une bonne combinaison de conditions et de médication si nécessaire. Voilà! Pour nos deux cocos qui sont sujets au mal de mer, un bon déjeuner et gravol 30 minutes avant de quitter. Ils doivent manger une petite collation aux deux heures. On ne renouvelle le gravol que pour la deuxième journée, s’il y en a une. D’ailleurs, ils ne sont plus vraiment malades lorsque les conditions sont moyenne ou belles.

Nous avons passé sept jours en tout en Martinique. À notre arrivée, l’organisation a été un peu plus compliquée car nous n’avions pas Internet sur le bateau. Nous devions faire l’avitaillement de produits de pharmacie et de nourriture pour la prochaine destination, la Grenade. De plus, je voulais acheter quelques livres en français pour les jumeaux. Nous avons donc loué une voiture pour quatre jours. Comme nous prévoyons revenir à l’automne et que nous aurons de la visite du Québec, nous n’avons pas vraiment beaucoup visité. Nous ne voulions pas faire deux fois les mêmes lieux touristiques.

Anse Mitan et Trois Islets

P1190848 P1190839 P1190826
P1190844 P1190836 P1190849

Nous avons quand même pris le temps d’aller visiter St-Pierre avec Sea Escapade. Nous avons fait un pique-nique français (pâtés, fromages, vin et baguette) sur la plage. C’était très agréable d’autant plus que le soleil était au rendez-vous. Il y avait des bateaux ancrés devant la ville. Chaque fois, je ne peux m’empêcher de dire « ils sont chanceux ces gens de vivre sur leur bateau! ». Nous avons tellement répété cette phrase au cours des 15 dernières années! Maintenant que c’est notre tour de le vivre, on ne le réalise pas toujours et on oublie parfois que nous sommes dans notre rêve. Nous le réaliserons peut-être seulement lorsque nous rentrerons chez nous… qui sait?

Pique-nique sur la plage en route vers St-Pierre

avec Nicolas, Johanne et Michel

P1190875 P1190876 P1190874
P1190885 P1190880 P1190877

La ville de St-Pierre a complètement disparu sous les cendres du volcan de la montagne Pelée le 8 mai 1902, tuant 30 000 personnes et coulant des dizaines de bateaux ancrés dans son port. Au cours des 100 dernières années, des ruines ont été exposées, des édifices ont été reconstruits, une nouvelle ville est née. St-Pierre était la capitale de la Martinique et son port principal. Ce rôle est maintenant joué par Fort-de-France situé plus au sud, sur la côte ouest. Visiter St-Pierre, c’est tout simplement charmant et chargé d’histoire dont celle des deux seuls survivants à l’irruption dont l’un était prisonnier dans un cachot. Nous pouvons d’ailleurs voir les vestiges de la prison et du théâtre de St-Pierre.

Visite de St-Pierre (détruite par l'irruption volcanique de 1902)

P1190943 P1190894 P1190949
P1190950 P1190951 P1190912
P1190891 P1190906 P1190901
P1190942 P1190923 P1190930

Montagne Pelée

P1190936

Notre beau Micah, ne portait plus aucune trace de sa chute en Guadeloupe. Il a eu l’œil au beurre noir pendant plus d’une semaine. Il faisait pitié pauvre ti-loup. Cette fois, c’est en marchant sur le trottoir à St-Pierre qu’il a fait une nouvelle chute très anodine. Du coup, il a fait perdre l’équilibre à Mathieu dont le pied a atterri… sur l’index de notre coco. Nous avons vraiment eu peur qu’il soit cassé. Il était très éraflé et il saignait beaucoup. Micah criait « bobo maman, bobo! » Mais pourquoi il se fait toujours mal celui-là? C’est le quatrième et nous n’avons jamais vécu cela avec les autres. Je déteste ça à chaque fois! J’ai dû marcher avec lui dans les bras pendant au moins 15 minutes… Il n’a pas perdu de poids depuis le début du voyage, c’est confirmé. Il a survécu au bobo! Quelques jours plus tard, nous revenions au bateau avec plusieurs sacs d’épicerie. Thomas et Micah me suivaient de tout près. Tout à coup, j’ai entendu pleurer. Lorsque je me suis retournée, un homme était en train de relever Micah qui venait de chuter dans la gravelle. Il a eu le bras tout éraflé… du même côté que le doigt!! Polisporin, tu es si important dans ma vie? Comme si ce n’était pas assez, le soir-même, il a décidé de fermer la porte de la salle de bain sur son doigt… Il voulait surement souffrir également des deux côtés! Honnêtement, il nous en fait voir de toutes les couleurs ce petit! J’écris ce texte et j’ai peur que ça lui porte malheur et qu’il se fasse mal demain. Ma plus grande frousse depuis le début de notre voyage? Les chutes de notre fils!

Entre nos séances de magasinages, nous avons été faire une petite escapade à Fort-de-France et un pique-nique à Trois-Îlets. Dans les deux cas c’était très agréable et il y avait un parc d’amusement pour les enfants. Finalement, un fois l’avitaillement complété, nous avons retourné la voiture. Nous en avons profité pour nous reposer en attendant notre fenêtre météo. Après-midi à la plage, école, cuisiner des petits plats pour notre navigation de deux jours, etc. La fenêtre attendue s'est présentée le 12 juin. Nous avions une traversée de 24 heures à faire donc nous avons quitté Anse Mitan en matinée… Aussitôt partis, nous avons déjà hâte de revenir à l'automne.

   Retour vers Anse Mitan

P1190953 P1190959 P1190963

Fort-de-France

P1190998

P1190989 P1190996 P1190993
P1200010 P1190999 P1200017

 

 

 

7 Responses

  1. Celine turgeon

    bonjour à vous tous,comme d,habitude c,est toujours interressant de lire ce que tu nous écris.tres belle photos,à la prochaine lecture

  2. Bien contente de suivre votre belle aventure. Très belles photos. Becs sur les bobos de Micah. Et que l’aventure continue….
    Gros bisous à toute votre belle petite famille.XX?

  3. Sylvie Lapointe

    Bonjour les amis ,
    ce matin je me suis fait plaisir ….j’ai pris un moment pour vous lire !! Depuis notre retour nous n’avons pas tellement arrêté en passant par vider le bateau , le nettoyer, de retour chez-nous vitement il faut se réinstaller nos petits enfants vont arriver pour passer du temps avec nous . Tellement intéressant de vous lire , vous êtes une famille extraordinaire , vous deux , des parents plus forts que nature …. Vous êtes inspirants et à la fois tres impressionnants .
    Votre petit Micah me fait tellement penser à mon petit Maxym , à 6 ans il s’était déjà cassé le tibia et un an plus tard c’était un bras , tout petit il se casse une dent nouvellement sortie en tombant dans le bain , je me souviens aussi de toujours le voir avec des « prunes « , dernièrement encore un œil au beurre noir . Ma fille tout comme toi ne comprend pas trop pourquoi il lui arrive toujours quelque chose . Bref , il est en bonne santé alors c’est ça qui est important !!
    Nous allons continuer de vous suivre avec le plus grand plaisir , bonne continuité !
    Sylvie et Daniel de Callipyge ⛵️???

  4. Denise Guy

    Merci de nous partager votre voyage et vos photos…..
    c est un plaisir de vous lire …..et voir vos photos
    Bonne continuité à vous tous ainsi que protection pour chacun de vous ….
    Nous vous aimons très fort
    Guy et Denise xxxxxxxxxxxx……

  5. therese guay guillemette

    merci Sabrina pour le cours d’histoire j’apprécie car j’adore en savoir toujours plus.pauvre petit Micah ça fait partie de la vie mais on préférerait que ça n’arrive pas et le Fort de France très coloré et très beau comme une carte postale bon séjour et à bientôt

  6. Bonjour à vous , contente d’avoir de vos nouvelles et de voir que vous vivez une très belle aventure.
    Petit mot pour ma filleule  » marraine pense souvent à toi mon chaton je t’embrasse fort,fort, fort et je t’aime xxxx  » sans oublier les garçons je vous embrasses très fort.
    Gros bisous à vous 6 xxxx

Laissez un commentaire