Enfin nous retrouvons la Martinique…

Classé dans : Caraïbes, Martinique, Ste-Lucie | 4

Aujourd’hui, nous sommes à Curaçao et il pleut. Ça pourrait être une journée triste ou ennuyante, mais elle me semble plutôt calme et apaisante. Je n’ai rien écrit depuis que nous avons quitté Bequia, St-Vincent pour la Martinique, ce qui veut dire exactement deux mois. Je n’ai jamais été silencieuse aussi longtemps… Je n’avais pas envie d’écrire. J’étais trop occupée à profiter des beaux moments et à réfléchir aux moins beaux moments. Au cours des prochains mois, nous avons plusieurs « premières fois » à vivre et nous n’avons pas toujours l’énergie nécessaire. Ce n’est pas toujours lorsque nous sommes prêts et bien reposés que la fenêtre météo rêvée se présente ou que le mauvais temps nous empêche de dormir. Au travers de tout ça, nous continuons à avancer, à faire l’école, l’épicerie, le lavage, les réparations sur le bateau, etc. Comme on dit : « Show must go on! »

C’est le 11 octobre que nous quittons St-Vincent et les Grenadines pour la Martinique, une navigation de 20 heures. Au cours de cette navigation, nous passons devant les îles de St-Vincent et Ste-Lucie. Nous n’arrêtons pas à la première car c’est dangereux d’y ancrer et la deuxième par faute de temps. Nous espérons avoir le temps d’y aller après mon examen d’anglais ou avec mon amie Caroline qui nous rendra visite en Martinique.

Alors, 12h34, c’est un départ! Je suis un peu anxieuse. Nous n’avons pas beaucoup navigué depuis quatre mois et il y a longtemps que nous n’avons pas fait de quarts de nuit. Nous avons une très belle navigation au près en après-midi, puis les vents diminuent à la hauteur de St-Vincent. Les montagnes sont très hautes, ce qui cause beaucoup de perturbations. Nous avons même un vent de l’ouest pendant une bonne partie de l’île, ce qui est plutôt étrange puisqu'on attend seulement des vents de l'est. Nous faisons de la voile puis quelques heures de moteur pour dépasser l’île avant la nuit.

Nous passons le canal entre St-Vincent et Ste-Lucie pendant la nuit. Les vents sont assez instables et ne me permettent pas de pointer la Martinique comme je le voudrais. On passe de 10-15 nœuds à 15-20, puis plus rien. C’est à n’y rien comprendre. La lune est magnifique, le bruit des vagues est tellement reposant. Mes cocos font dodo et je suis fière d’eux. Personne n’est malade aujourd’hui. Il y a tellement une grosse amélioration depuis le début du voyage. Pourtant, nous n’avons pas navigué ou presque pendant l’été… Peut-être que de se faire brasser à l’ancrage de St-George aura eu du bon finalement!

Mathieu fait le quart de minuit à 5h sans problème. De mon côté, je n'arrive pas à dormir car il y a tellement de bruits d’eau dans le bateau… À un moment, je me demande même s’il n’y a pas de l’eau dans la calle… mais la pompe ne fonctionne pas alors je me dis que ce sont les vagues qui frappent sur la coque. Vers 4h, Micah se réveille. Je sors le coucher dehors et j’arrive finalement à m’endormir. Il est déjà trop tard, mon quart débute à 5h. Mathieu me laisse dormir jusqu'à 5h30. Je ne suis pas dans mon assiette, mais je me lève pour faire le plus beau quart de la journée, soit celui du lever du soleil. Pour moi, c’est le meilleur moment de la journée. J’écoute de la musique et j'observe la nature qui se réveille. C’est tellement beau! Tranquillement, mes quatre oiseaux se pointent le bout du nez. Ils ont soif, ils ont faim, ils ont froid, ils ont chaud… le calme s’est définitivement envolé.

Au levé,  Océane veut manger. Je lui donne une petite grignotine pour l’aider à attendre le déjeuner. Une fois la grignotine terminée, je décide de secouer sa couverture au-dessus de l’eau car elle est pleine de miettes. Elle crie « Non maman!!! ». Trop tard, son petit chien est tombé à l’eau! Elle pleure, elle hurle. Je suis figée. Il y a de bonnes vagues. Je ne crois pas que nous puissions le retrouver, mais on doit essayer. Je réveille Mathieu qui vient tout juste de se coucher. Nous rentrons le génois et démarrons le moteur. Nous faisons demi-tour et nous demandons à Océane de chercher le toutou des yeux. J'espère tellement que nous allons le retrouver. Océane est tellement attachée à son petit chien. Une fois ce dernier en vue, nous lui demandons de le pointer avec son bras comme si c’était un homme à la mer pour que le capitaine puisse savoir en tout temps où il est. Elle est vraiment bonne et prend son rôle très au sérieux. Nous nous approchons du toutou, mais il est petit et se fait transporter par les vagues. Je n'arrive pas à l'attrapper avec la gaffe. Je descends donc dans la jupe et j’arrive enfin à l’atteindre. Je l’attrape, opération réussie! Ma fille est heureuse et elle serre son toutou mouillé contre elle! Je suis tellement heureuse pour elle! On peut dire que j'ai l'air d'un chien mouillé… mais à l'eau salée!

Nous terminons la route au moteur car nous n’arrivons pas à pointer Fort-de-France. Nous pensions arriver en Martinique vers 7h, mais c’est à 10h que nous arrivons. L’ancrage d’Anse Mitan est bien mais, chaque fois, nous avons de la difficulté à trouver une tache de sable pour jeter la pioche. Finalement, nous retrouvons les traces de notre dernier passage sur le GPS et nous nous ancrons exactement au même endroit! Voilà! Mathieu va faire notre entrée en Martinique pendant que je prépare le diner. Nous sommes fatigués et comptons bien nous reposer. Comme les problèmes n'arrivent jamais seuls, il n’y a plus de mayonnaise. Je cherche, je cherche, je n'en trouve nulle part. Je sais qu’elle n’est pas là, mais je décide quand même de regarder sous le plancher. Pas de mayonnaise, mais plutôt six pouces d’eau partout! Nos provisions flottent! Nous savons qu'il y a une toute petite fuite à la pompe du moteur que nous decons réparer en Martinique. Je ne comprend pas car Mathieu a regardée quelues fois en route et ce n’était pas majeur. Au secours!!! On passe l’après-midi à vider les coffres et à tout nettoyer au lieu de nous reposer. La nuit dernière, je n’étais pas folle… il y avait bel et bien de l’eau dans le plancher.

Anse Mitan, Martinique

rimg1194 rimg1193 rimg1195

Le 13 octobre, Mathieu va chercher une auto de location pendant que je fais l’école aux enfants. Par la suite nous allons au Marin pour faire réparer la pompe qui fuit. Finalement, nous la faisons réparer et nous en achetons une neuve. Nous allons utiliser la neuve et garder l’autre comme pièce de rechange. Nous faisons un pique-nique en route : baguette, brie, olives, pâtés, clémentines. Quel festin et quelle vue sur Ste-Anne! Tout ça nous a vraiment manqué! Nous passons le reste de la journée dans les magasins à acheter nos cadeaux de Noël. Nous sommes épuisés. Nous avons oublié le trafic de fin de journée. Il est tard. Micah s’endort dans l’auto. Pauvre petit coco!

On pique-nique

p1210692 p1210690 rimg1182

La veille de mon examen, je suis stressée. Je n’ai pas changé! Mon amoureux me fait un ti-punch pour me faire plaisir! Rhum anana-coco avec jus de mangue. C’est sublime!! Nous mangeons de la saucisse sur le BBQ, de la bonne viande! Définitivement, je préfère les épiceries de la Martinique à celles de la Grenade!

Le 15 octobre, c’est la journée de mon examen d'anglais.  Nous sommes quatre dans la salle à écrire l’examen. C’est vraiment une expérience étrange pour moi. L’homme qui surveille l’examen est plutôt pénible, mais tellement que c'est drôle! Il discute, il discute, il discute… Il explique le règlement en long et en large, nous surveille comme des bébés, nous fait la leçon quand on ne l’écoute pas, etc. Honnêtement, il perdrait son travail en 15 minutes s’il était au Québec. C’est quoi cette attitude? Martiniquais ou français, ni l'un ni l'autre ou peut-être un peu des deux. Il n’arrête plus de discuter. C’est interminable :

« Pourquoi tu écris ton adresse avant que je te dise de l’écrire? Tu n’écoutes pas mes consignes. Tu pourrais te tromper. Que vas-tu faire si tu te trompes? Non, mais pourquoi vous contestez toujours les consignes. Ce n’est pas bien de contester. Cet examen est américain et il faut suivre leurs consignes À LA LETTRE. Ce n’est pas pour moi que je fais tout ça. Je veux vous éviter les problèmes.»

Blablabla…à la fin je trouve ça très drôle!! Il nous prenait vraiment pour des cons… quoi qu’il y en avait un qui ne faisait pas la différence entre les lettres minuscules et majuscules. Pourtant, mes enfants de 7 ans le font facilement. Évidemment, on a fini l’examen presque une heure en retard et c'est mes enfants qui ont attendu tout ce temps dans le stationnement. Surprenant! Pour fêter mon examen, nous allons diner au McDonald! Micah est tellement heureux. C'est trop bon! Ça faisait vraiment longtemps! Les enfants s’amusent dans les jeux. Ils se font des amis rapidement. C’est rassurant car en Grenade, on avait l’impression qu’ils ne voulaient pas se mêler aux autres. On remarque donc maintenant une barrière de la langue. Ici, trois minutes et ils ont des amis. C’est certain qu’à 7 ans, le langage devient plus important que quand ils étaient petits. Ils grandissent si vite.

Par la suite, nous passons à l’épicerie. Thomas se fait très mal à un doigt. Océane s’occupe de son frère. C’est vraiment mignon. Elle nous dit de ne pas nous inquiéter, qu’elle a la situation en main. Elle nous dit qu’elle peut même aider Micah, elle a deux mains!! Elle est débrouillarde cette petite et pleine de belles attentions! Nous arrivons au bateau juste à temps pour un ti-punch et un bon souper sur le BBQ. À mon goût, c’est beaucoup mieux que du McDo.

Le 17 octobre, nous changeons d’ancrage vers Anse d’Arlet. C’est une très courte navigation à moteur. Excellente nouvelle, notre nouvelle pompe fonctionne à merveille. À notre arrivée, nous faisons une petite marche dans le village et nous allons à la plage. Il y a de belles vagues. Définitivement, il y a plus de touristes que la dernière fois. C’est tellement beau! On dirait une carte postale. Le soir, le village situé entre mer et montagnes est tout éclairé. J’ai l’impression de voir une crèche de Noel tellement c’est parfait. Avant de me coucher, je fais du yoga sur le pont. Je ne me résigne pas à rentrer. Magnifique! Par contre, cet ancrage est très rouleur. Le bateau tourne sur lui-même sans arrêt car il n’y a pas de vent. Nous prenons les vagues tantôt de dos, tantôt de face, puis de côté. C’est vraiment insupportable. Le lendemain, après une nuit sans dormir, nous décidons de raccourcir la chaine car nous tournons dans tous les sens et nous nous trouvons beaucoup trop près de notre voisin. L’ancre décroche, c’est surement un signe! Nous décidons donc à regret de quitter Anse d’Arlet et de nous rendre au Marin (ancrage Ste-Ane). Nous avons, encore une fois, une courte navigation au moteur. C’est 14 miles nautiques avec le vent, le courant et les vagues de face. Les enfants regardent des films. Le paysage est très montagneux. C’est sublime! Nous sommes accueillis à Ste-Anne par de belles tortues nageant dans une eau très claire. C’est génial, nous pouvons faire de l’apnée du bateau!

Anse D'Arlet, Martinique

rimg1227 rimg1225 rimg1226

À Ste-Anne, nous retrouvons nos amis Thomas et Élodie de Bakéa. Ils sont arrivés la veille. Nous avons enfin accès à Internet après pratiquement trois semaines. Le 18, nous faisons l’école, puis allons nous promener au Marin. Nous cherchons une coiffeuse. Il y a longtemps que nous promettons à Loïc qu’il pourra se faire couper les cheveux en arrivant en Martinique. Il nous en parle chaque jour depuis que nous avons quitté la Grenade! Mathieu se fait couper les cheveux chez une dame un peu étrange… je refuse d'entrer en disant que les enfants sont fatigués et que nous allons revenir un autre jour. Sérieusement, on s'est fait avoir avec des coupes ratées à St-Thomas… on ne m'y reprendra plus! Si je n'ai pas confiance, on va ailleurs. Nous trouvons enfin une coiffeuse pour les garçons, mais le rendez-vous est dans quelques jours seulement. Ils sont vraiment déçus. Ils sont tellement tannés d’avoir les cheveux dans les yeux. C’est vrai que nous ne les avons pas coupés depuis le mois d'avril. En fin de journée, nous sommes invités pour un 5 à 7 sur voilier Gulliver. C’est vraiment très agréable! Ils adorent les enfants et ceux-ci s’amusent comme des petits fous. Ils se baignent et sautent du bateau. Comme c’est un catamaran,  c’est plus haut alors ils adorent. Ils mangent tellement de bouchées qu’à notre retour sur le bateau, ils n’ont plus faim pour souper. Quelle journée!!

Promenade au Marin, Martinique

rimg1442 rimg1318 rimg1288

Samedi, nous sommes en congé! Crêpes au nutella pour déjeuner et promenade au marché de Ste-Anne. Nous trouvons des légumes, des épices et tout plein de belles petites boutiques. Ce sont vraiment un village et un ancrage magnifiques. Nos amis de Gulliver nous prêtent leur kayak pour quelques jours. Les enfants sont fous de joie!! Loïc comprend tout de suite comment pagayer mais je dois aller chercher les 2 autres en dinghy. Je vais promener Micah. Il est vraiment heureux. À plusieurs reprises, il essaie d’attraper des feuilles dans l’eau en criant « des fleurs maman ». Chaque fois, nous risquons de chavirer et ça le fait bien rire. Mathieu répare un ventilateur et repose le cadre qui nous est tombé sur la tête lors de notre dernière navigation. Le 24 octobre, c’est la fête de notre filleule… nous lui avons envoyé un petit vidéo. Nous aurions tellement aimé être là pour son anniversaire. C’est dans ces moments que notre famille nous manque le plus, d’autant plus que celle de mon frère approche aussi.

Ste-Anne, Martinique

rimg1469 rimg1466 rimg1337
rimg1344 rimg1345 rimg1342
rimg1305 rimg1461 rimg1434

Plaisirs nautiques!

rimg1395 p1210700 rimg1382
rimg1384 p1210769 rimg1365

Lundi arrive enfin!! Il est tôt alors on va à l'épicerie, puis au McDo pour que les enfants jouent au parc en attendant l'heure du rendez-vous chez la coiffeuse! J'en profite pour régler des trucs sur Internet et appeler la banque. Le téléphone est long. Je n'ai pas de montre et Mathieu ne regarde pas la sienne. Lorsque je raccroche, je demande l'heure à Mathieu… Ça y est! Nous sommes en retard. Je pars à pied avec Loïc et je cours le plus vite possible. Mathieu amène les trois autres en dinghy parce que c'est beaucoup trop long à pied avec Micah. Loïc a un point dans le ventre. Nous courrons sans arrêt pendant 15 minutes et arrivons finalement 20 minutes en retard. Nous avons de la chance, elle nous accepte quand même. Les autres arrivent 5 minutes plus tard. Ouf!! Les trois garçons se font couper les cheveux. C'est joli. Je suis satisfaite et les enfants aussi. Nous prenons donc un rendez-vous pour moi et Océane pour le jeudi suivant. Loïc a l'impression de revivre. Je ne pensais pas qu'une coupe de cheveux pouvait avoir autant d'impact sur un garçon de 7 ans!

Le Marin, Martinique

rimg1453 rimg1432 rimg1437
rimg1420 rimg1414 rimg1409
rimg1417 rimg1416 rimg1422

Les journées filent à vue d’œil et c’est déjà la fin de la première étape scolaire. Chaque vendredi, nous avons des examens. Nous sommes fin prêts pour les vacances et l’arrivée de mon amie Caroline. Nous prenons une pose scolaire bien méritée de deux semaines. Nous profitons de la voiture de location pour visiter le zoo de la Martinique. Il n’y a pas beaucoup d’animaux, mais c’est très beau. Il est bâti sur le site de la plus ancienne habitation de Martinique qui date de 1643. Elle a d'ailleurs été détruite en partie lors de l'irruption volcanique de 1902. Les ruines des bâtiments ont été aménagées et mises en valeur. Il fait très beau et je compte bien faire de belles photos… mais la pile de la caméra est à plat! Désolée!!

Zoo de Martinique

rimg1492 rimg1481
rimg1496 rimg1494

Enfin, c’est le 31 octobre! Nous avons deux raisons de nous réjouir : c’est l’Halloween et Caroline arrive! Les enfants sont fous de joie… nous aussi. C’est la première fois que nous avons de la visite depuis notre départ de la Floride le 1er janvier dernier. Nous avons prévu toutes sortes d’activités! Mathieu va la chercher à l’aéroport sans nous car il n’y a pas suffisamment de place dans la voiture. L’atmosphère dans le bateau est très fébrile! Enfin elle arrive! Les enfants portent les masques que nous avons achetés au zoo la veille en guise de costume d’Halloween. Cette fête si importante au Canada et aux États-Unis n’est pas fêtée en Martinique, ni ailleurs dans les Caraïbes. On fête plutôt la fête des morts à la même période en fleurissant les tombes et en veillant sur les morts toute la nuit avec des chants et de la danse. Caroline arrive avec des bonbons. Tout le monde est heureux. Après plus d’un an sans se voir, nous avons des heures et des heures de discussions à rattraper.

Le lendemain, nous allons chercher une deuxième voiture et nous partons à la découverte de la Martinique! Nous nous dirigeons vers Fort de France, puis empruntons la route qui passe dans les montagnes au centre le l’île. On l'appelle la route de la trace. Nous faisons plusieurs arrêts pour faire des photos, dont à l’église du Sacré Coeur de Balata, une réplique au cinqième de celle de Paris. En Martinique, il y a plusieurs églises très jolies et intéressantes d'un point de vue historique. Nous visitons ensuite le Jardin de Balata. Ce jardin botanique a été créé par un botaniste passionné sur sa propriété privée. Il a été ouvert au publique en 1986. Il a une superficie de 2 acres et offre aussi une boutique de souvenirs ainsi qu'un parc pour les enfants. C’est une très belle marche tranquille et vallonnée. Il fait beau et nous apprécions beaucoup notre visite. Les arbres, les fleurs, les oiseaux, tout est si différent de ce que nous voyons au Québec. Par la suite, nous continuons notre route sur la côte est de la Martinique que nous ne visitons pas en voilier. Il y a des plantations de bananes à perte de vue. C’est assez incroyable de penser que chaque arbre donnera seulement un régime de banane dans sa vie. Par la suite, ils sont coupés à la base et ils repoussent complètement pour donner un nouvel arbre. Le processus entier prend environ 10 mois.

Tour de l'Île en voiture

rimg1596 rimg1619 rimg1602
p1210734 p1210742 rimg1608

Jardin de Balata

rimg1562 p1210757 rimg1536-copy
IMG_8294 rimg1577 p1210748
rimg1586 rimg1569 IMG_8302
rimg1500-copy rimg1534-copy IMG_8276
rimg1574 rimg1555 IMG_8284

Nous avons une belle fenêtre météo pour aller à Ste-Lucie alors nous en profitons pour faire un peu de voile avec Caroline. Il y a environ 25 miles entre Le Marin et Ste-Lucie mais les conditions sont assez changeantes. Nous nous rendons directement à Rodney Bay où nous attend un local pour nous vendre des fruits et légumes. Je ne suis pas fan de cette pratique honnêtement. C’est un peu comme les vendeurs itinérants qui cognent à ta porte mais sur un bateau, c’est comme s’ils arrivaient par le balcon arrière et qu’ils regardaient par la porte patio. On ne peut pas ne pas ouvrir et on ne sait jamais comment ils vont réagir lorsqu’on n’a besoin de rien. Nous lui demandons gentiment de revenir le lendemain car nous n’avons pas d’argent pour le payer. À Ste-Lucie, la monnaie est le Eastern Caribbean Dollar, comme en Dominique, en Grenade et à St-Vincent. Nous devons donc aller au guichet automatique en ville. La petite ville est jolie, mais c’est surtout Pigeon Island qui attire mon attention avec son fort situé en haut d'une colline. J’aimerais beaucoup aller y marcher, d’autant plus que nos amis de Vidorra nous le recommandent fortement.

Une fois les formalités complétées, nous souhaitons nous baigner et faire de l’apnée, mais la mer ressemble à une soupe de méduses. Il y en a des centaines autour du bateau. Ce n’est pas très inspirant alors nous décidons de quitter le lendemain pour Marigot Bay, soit environ 10 miles plus au sud. À cet endroit, il y a une marina qui offre des mooring avec accès aux piscines du resort. Comme on ne peut pas se baigner en mer, au moins on pourra aller à la piscine! Nous arrivons tôt pour profiter des installations. C’est vraiment un très bel endroit bien protégé. Par contre, à l’arrivée, il faut appeler la marina et refuser l’aide des locaux qui sont prêt à tout pour avoir un peu d’argent. Pour environ 15$ CDN, ils peuvent nous aider à attacher le bateau et il faut les payer, c’est du sérieux! C'est comme si un itinérant vous attendait le matin au bureau et vous ouvrait la portière avec obligation de payer ce service que vous n'avez pas demandé. Dans ces situations, je me sens un peu comme prise en ottage. L’employé de la marina vient à notre rencontre et nous aide à attacher le bateau gratuitement. Rapidement, nous avons les vendeurs de fruits et légumes qui font la course pour être les premiers arrivés à notre voilier. C’est le père Noël en planche qui gagne. Nous avons déjà fait le plein à Rodney Bay la veille alors il est un peu déçu. Il donne de vieilles bananes aux enfants en espérant qu’on se sente coupable de ne rien lui acheter. Sérieusement, ça m’énerve. Mais nous sommes au paradis n’est-ce pas? Nous allons à la piscine. Nous nous sentons vraiment en vacance. Piscine, soleil, cocktail!! Notre bateau est juste en face. Les enfants s’amusent avec les fontaines et les chaises. Mathieu et moi profitons de la présence de notre invitée pour sortir manger au restaurant. Quel plaisir, et c’est si bon! Nous sommes avec les enfants 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 depuis plus d’un an et nous n’avons eu que quelques occasions pour sortir seuls. Pour nous, le manque de temps seul et en couple sont parmi les côtés les plus difficiles de la vie en bateau. Nous en profitons donc pour refaire le monde devant un bon verre de vin. Nos enfants sont heureux et en sécurité. Quel bonheur!

La farniente à Marigot Bay, Ste-Lucie

IMG_3161 p1210811 p1210823
p1210843 p1210835 p1210846
p1210830 p1210828 p1210826

Après deux jours de farniente, nous quittons la marina et retournons à Rodney Bay pour quelques jours. Nous souhaitons aller en ville pour visiter un peu le marché touristique et avitailler au Hyper J. À cet endroit, ils vendent de la nourriture en gros format comme au Cosco. Nous avons tout un programme car nous quittons le lendemain. Le matin du départ, Caroline et moi décidons d’aller faire une belle marche à Pigeon Island avant de lever l’ancre. C’est vraiment un très bel endroit bien calme. Les enfants peuvent courir, s’amuser et prendre l’air! Je suis vraiment heureuse de partager ces moments avec Caroline. Voyager avec elle, c’est tellement facile et agréable!

Pigeon Island National Park

rimg1726 rimg1687 rimg1696
rimg1735 IMG_8598 rimg1753
rimg1742 rimg1747 rimg1748
rimg1686 rimg1749 IMG_8499

Suite à notre escapade, nous levons l’ancre et retournons vers Anse D’Arlet en Martinique. Nous souhaitons faire de l’apnée puisque nous avons quitté rapidement la dernière fois. Face à la plage,  il y a une grosse roche autour de laquelle il y a toujours des centaines de poissons. Les bateaux commerciaux y emmènent des touristes à chaque jour. Nous n’avons pas plus de chance que la dernière fois. Nous essayons à deux reprises car il y a des méduses partout. Nous essayons en dinghy, puis de la plage. Océane et moi sommes brulées à plusieurs endroits. Nous rebroussons chemin. Les brulures sont petites et la douleur ne reste que 10 minutes. Ce n’est pas très grave, mais nous sommes vraiment déçus. Que se passe-t-il avec ces méduses? Nous n’en avions pratiquement pas vues depuis le début du voyage. Même chose pour la pluie d’ailleurs. Il semblerait que nous sommes en pleine saison.

Nous quittons donc Anse D’Arlet, sans faire d’apnée, pour nous rendre à Anse Mitan qui est situé en face de Fort-de-France. Là non plus, nous n’avons pas beaucoup de chance avec les méduses, mais nous allons passer deux belles journées en ville. Les traversiers sont très rapides et ils nous déposent directement au centre de la ville. Nous terminons la semaine avec un après-midi à la plage d’Anse Mitan. Caroline arrive enfin à voir quelques poissons! Nous passons une belle soirée entre fille… un petit verre au restaurant avec l’équipage de Live the dream suivi d’un dessert assez cochon en tête à tête. Il était énorme… nous aurions vraiment pu le partager! Voilà, c’est la conclusion à nos deux belles semaines en compagnie de Caroline. Le lendemain, nos amis Stéphanie et Joël de Live the dream la racompagnent à l’aéroport puisque leur visiteur quitte sur le même vol. Au plaisir de se revoir ma belle!

Fort de France   

rimg1805 rimg1920 IMG_3299
rimg1871 rimg1829 IMG_3298
rimg1869 rimg1844 rimg1865
rimg1856 rimg1850 rimg1849
IMG_3311 p1210715 rimg1873

Quelques photos sur Passion Rebelle…

Merci Caroline!

IMG_8400 IMG_8356 IMG_8385
IMG_8370 IMG_3157

IMG_8350

Après le départ de Caroline, nous retournons à Ste-Anne afin de pouvoir avitailler facilement au Marin. Nous y retrouvons FindUs avec qui nous prévoyons faire la route vers Bonaire. Vidorra est là aussi, mais ils souhaitent aller en Dominique avant de nous rejoindre plus tard à Curaçao. Nous faisons une belle randonnée avec eux avant de quitter définitivement la Martinique. Nous faisons aussi nos aurevoirs à Bakéa, Live the Dream, Morhame et Prana. C'est ici que nos chemins se séparent… Les voyages sont fait de belles rencontres qui sont pratiquement à tout coup suivies de séparations difficiles…

Randonnée avec nos amis de Vidorra

rimg1992 rimg1994 rimg1996
rimg2010 rimg2044 rimg1997

 

4 Responses

  1. Guy Et Denise

    Wow encore de beaux récits et de belles photos…..très plaisant a lire Et suivre vos aventures…..nous vous aimons très très fort ….Denise Et Guy 😘😘😘😘😘😘

  2. therese guay guillemette

    merci de me faire partager votre vie de tous les jours qui sont vraiment magiques bravo Mathieu pour ta dextérité en mécanique ça sauve beaucoup de sous une bonne continuité

  3. celine turgeon

    BONJOUR À VOUS TOUS.JE SUIS DÉJÀ ALLÉE EN MARTINIQUE EN (1976).COMME TOUJOURS UN TRÈS BEAU TEXTE, ET DE TRÈS BELLES PHOTOS. JE VOUS SOUHAITE UNE BONNE ROUTE

  4. Les méduses doivent venir de Myrtle Beach, il y en avait tellement et les gens n’en avait pas vues depuis 10 ans!!!!
    Bonne suite de voyage! xx

Laissez un commentaire