Aruba à la Colombie, enfin une belle navigation!

Classé dans : Colombie | 2

Nous sommes le 21 janvier 2017. Il y a déjà un an et 21 jours que nous avons quitté le continent pour naviguer dans les caraïbes. Depuis ce temps, nous passons d’île en île au gré du vent et des marées. Certaines îles étaient très grandes, comme la République Dominicaine et Porto Rico alors que d’autres étaient minuscules comme Union Island dans les Grenadines. Nous avons rencontré des gens extraordinaires et des cultures très différentes les unes des autres. Dans certains cas, nous avons eu le loisir de nous imprégner de la culture, comme en Grenade où nous sommes restés plusieurs mois, et dans d’autres cas, nous ne l’avons qu’effleurée. Nous nous promettons de retourner en République Dominicaine, à Puerto Rico et aux ABC, particulièrement Bonaire que nous avons adoré.

Aujourd’hui un vent de changement nous pousse encore plus loin. Nous nous dirigeons en Amérique du Sud, à Carthagène en Colombie. Vivement la terre ferme après plus d’un an! Nous avons quitté Aruba à 11h15 ce matin. Après quelques navigations difficiles, nous considérons que nous avons droit à un répit. La traversée d’Aruba à Carthagène fait 425 miles et devrait durer entre 3 et 4 jours. Elle est réputée pour être difficile, entre autre à cause des eaux peu profondes entre Aruba et la Colombie ainsi que de l’accélération du vent le long de la côte de la Colombie.  Nous avons une très belle fenêtre météo et nous sommes bien accompagnés puisque FindUs et Vidorra font la route avec nous. À 16h, nous avons déjà fait plus de 35 miles, ce qui est très rapide pour nous. Nous ne pouvons pas voir les voiliers qui nous accompagnent, mais nous nous appelons sur la VHF régulièrement et nous avons la position de FindUs sur l’AIS.

Depuis que nous avons acheté le bateau en 2012, nous n’avons pas utilisé le tangon qui encombre le pont du bateau. À notre défense, il faut dire qu’au lac Champlain nous n’en avions pas vraiment besoin et que nous n’avons pas eu de navigation au portant (vent de dos) depuis notre départ. À Aruba, Jean-Pierre du voilier Noa nous a rappelé que le tangon est vraiment génial au portant… alors pourquoi ne pas l’essayer!! L’installation est relativement facile, même si c’est la première fois. C’est absolument génial. En mer, lorsque nous avons le vent et les vagues de dos, il n’est pas facile de garder la voile dans le vent puisque le bateau bouge de gauche à droite faisant passer le vent du mauvais côté de la voile. À chaque grosse vague, nous avons l’impression que le génois (voile avant) va se déchirer. Le tangon est un long bras qui maintient la voile en place. Reste à pratiquer les virements de bord!

Partons la mer est belle…

P1220927 P1220898 P1220916

Nous avons vraiment des conditions superbes. Les vents sont parfaits pour les deux premières journées mais le roulis n’est pas facile pour l’estomac. Tout le monde a mal au cœur à tour de rôle… sauf le beau Loïc bien sûr!! On a vraiment un matelot à toute épreuve. Beau temps, mauvais temps, il est de bonne humeur et en pleine forme! La troisième journée, soit le 23 janvier, nous sommes inquiets pour Micah qui vomit tout ce qu’il boit et mange. Nous craignons une déshydratation si cette situation dure longtemps. D’autant plus qu’il a peu mangé et bu au cours des deux premières journées. Il est tranquille et dort dans le cockpit. Nous ne savons plus quoi lui donner. Finalement, le céleri semble passer alors on le laisse en manger, puis on le réhydrate avec un jus faiblement concentré auquel nous ajoutons des minéraux. Il pleure beaucoup. Il veut de l’eau. C’est triste de voir son enfant comme ça. J’avoue que dans ces moments, on se sent un peu coupable de les avoir embarqués dans cette aventure. Chaque fois, je me ramène à l’ordre en me disant qu’aucun parent ne se sent coupable d’envoyer son enfant à la garderie quand il y attrape la gastro. Depuis le début du voyage, les enfants beaucoup moins souvent malades qu’à la maison alors je me dis que je leur ai évité bien des bobos!!

Au cours de la troisième journée, le vent tombe complètement. À partir de ce moment, les vagues fondent comme par magie et nous naviguons à moteur. C’est vraiment confortable. Est-ce que le Pacifique sera comme ça? Je fais mon dernier quart de nuit. La veille, j’avais l’impression de naviguer à contresens sur une autoroute de bateau. Il y avait des cargos partout. C’était tellement impressionnant. Même lorsqu’ils passent à un ou deux miles, on a l’impression d’être tout près. C’est la même chose ce soir. Il faut beaucoup de vigilance. Je suis un peu nostalgique. Ce matin, j’avais juste hâte d’arriver mais maintenant, je me dis que ces quarts de nuit vont me manquer. Chaque soir, Mathieu va au lit à 19h. Les enfants regardent un film jusqu’à 20h, puis je les mets au lit. Par la suite, il n’y a que moi, Passion Rebelle, les étoiles et la mer. C’est calme et envoutant à la fois. On a vraiment le sentiment d’être plus en vie. J’aime m’assoir sur le côté du bateau et regarder la mer en écoutant de la musique ou les vagues tout simplement. Une de mes chansons de prédilection lors de ces soirées sous les étoiles est de Bon Jovi:

« It’s my life

It’s now or never

I ain’t gona live forever

I just want to live while I’m alive

It’s my life”

À 1h00, je me mets au lit alors que Mathieu débute son quart. Lorsque je me réveille mardi matin, nous sommes tout près de Carthagène. Nous ne voyons encore que de l’eau, mais nous savons que nous serons ancrés dans quelques heures. Notre premier continent depuis un an. Nous sommes heureux et fébriles à la foi. Tranquillement, la terre se dessine à l’horizon. C’est un peu brumeux et le soleil nous empêche de bien voir, mais c’est déjà tellement beau. Je suis assise devant et je surveille les dangers potentiels. L'eau est d’un brun-jaune opaque. Nos premières rencontres colombiennes sont des pêcheurs qui rament dans de petites chaloupes. Ils pêchent à la ligne dans le chenal des cargos. Ils nous font des grands signes car ils n’aiment pas se faire photographier. Nous entrons tranquillement dans une gigantesque baie qui est protégée par un fort. Les enfants se joignent à moi sur le pont avec leur caméra. La ville se dessine tranquillement. C’est un décor à couper le souffle! Nous sommes arrivés en Colombie… Vidorra nous suit de quelques miles… FindUs arrivera en fin de journée. Nous sommes enfin de retour en Amérique!

Enfin la terre…

P1220940 P1220943 P1220944
P1220950 P1220945 P1220946

Magnifique Carthagène

P1220959 P1220979 P1220963
P1230003 - Copy P1220995 P1220999
P1230002 P1230004 P1230001

2 Responses

  1. therese guay guillemette

    bravo sur la terre ferme pour un bout de temps bon séjour et bonne continuité

  2. Robert Grondin

    Le rêve que j’ai fait sans pouvoir le réaliser. Profitez du moment comme vous le faites, les enfants en garderont de bons souvenirs

Laissez un commentaire